Azzedine Ounahi, le pari marocain de l’OM

Révélation de la Coupe du monde 2022, le milieu de terrain marocain Azzedine Ounahi quitte le SCO d’Angers pour l’Olympique de Marseille. Nasser Larguet, qui contribua à sa formation à l’Académie Mohammed VI, nous aide à décrypter le début de carrière de ce joueur de grand talent.

La Coupe du monde avait fait de lui l’une des attractions attendues du mercato d’hiver. Après de longues semaines d’attente, ponctuées de rumeurs plus ou moins fantaisistes, Azzedine Ounahi a trouvé dimanche un nouveau port d’attache au bord de la Méditerranée. « L’Olympique de Marseille annonce la signature du milieu de terrain Azzedine Ounahi en provenance du SCO d’Angers. L’international marocain, récent demi-finaliste de la Coupe du Monde, s’est engagé pour quatre ans et demi avec le club olympien après le succès de sa visite médicale », pouvait-on lire sur le site officiel du club phocéen, qui a déboursé une somme estimée à 10 millions d’euros pour s’attacher les services du prometteur relayeur. Révélation du Mondial au Qatar sous les couleurs des Lions de l’Atlas, le relayeur de 22 ans doit mettre « à profit ses qualités de percussion et son jeu vers l’avant pour s’intégrer au mieux dans le système d’Igor Tudor », l’entraîneur croate de cet OM qui n’a pas dit son dernier mot pour le titre.

Un pur produit de la formation marocaine

Né à Casablanca le 14 avril 2000, Azzedine Ounahi est porteur d’une fierté particulière dans son pays natal : le jeune homme y a effectué toute sa formation, de 2010 à 2018. Une personne a joué un rôle clé dans son éclosion : Nasser Larguet. Premier directeur de l’Académie Mohammed VI, centre de formation inauguré en 2009 par le roi, celui qui a également dirigé le centre de formation de l’Olympique de Marseille entre juillet 2019 et avril 2022 se souvient de l’arrivée de ce garçon frêle à Salé. « Je l’ai connu quand il avait 11 ans ou 12 ans, dans notre structure annexe de l’Académie où il a fait quelques apparitions. Il venait du Raja Casablanca, un bon club format, avec un relais de Mirofoot soccer (Académie de Casablanca, ndlr) qui a aussi participé à sa formation », rappelle Nasser Larguet.

Le technicien n’a pas tardé à percevoir le potentiel du jeune Ounahi. « C’était un garçon pétri de talent, assez fantaisiste, qui adorait toucher le ballon. Avec mes éducateurs, nous avons rapidement décelé un fort potentiel technique, avec un sens du jeu et une capacité à être juste. Il n’a pas peur de l’adversaire malgré un gabarit qui n’est pas énorme. Il a du volume, court énormément. Il sent le jeu, il sait quand utiliser le ballon individuellement et quand alimenter ses partenaires. C’est un excellent relayeur, qui ne rechigne pas au travail défensif. Ce n’était pas son point fort mais il a su s’améliorer à l’Académie. » Si Nasser Larguet juge la recrue de l’OM capable de grandes choses, c’est également en raison de sa « personnalité », que l’on peut « aimer ou ne pas aimer, mais fait de lui un garçon de haut niveau, qui sait ce qu’il veut et où il veut aller. »

La galère à Strasbourg, la relance à Avranches

Preuve en est, aux dires de Larguet, la Coupe du monde réussie à 22 ans par l’intéressé, après un début de carrière accidenté. Car s’il apparaît comme une révélation soudaine au grand public, son ascension n’a rien eu d’évident. Après avoir signé à Strasbourg en 2018, Azzedine Ounahi y stagne deux ans avec la réserve du club, en National 3. Ces deux saisons dans les rangs amateurs marquent le jeune joueur, qui ne s’imaginait pas y évoluer lors de son arrivée en France. Avec son agent, celui qui vient de souffler ses dix-huit bougies décide alors de quitter l’Alsace pour tenter de se relancer à Avranches, en National 1.

« Beaucoup de clubs professionnels ne croyaient pas en lui, expliquait à Eurosport Frédéric Reculeau, alors coach du club normand. Moi, je ne connaissais pas le joueur mais son agent a beaucoup insisté. Il voyait Avranches comme un tremplin pour Azzedine grâce notamment à notre style, basé sur le jeu au sol, dans les pieds et en mouvement. Ce style correspondait à son profil. » Le choix va s’avérer payant. Avec 6 buts et 1 passe décisive en 30 matchs, Ounahi apparaît vite comme l’un des meilleurs joueurs de la division. La suite, c’est à Angers qu’il l’écrira, endurci car conscient de la difficulté d’être un joueur de haut niveau et de le rester dans la durée.

Larguet : « Ounahi est armé pour affronter l’environnement de l’OM »

Franchir un palier dans un club qui a retrouvé régularité et consistance en Ligue 1, tel est l’objectif d’Azzedine Ounahi en rejoignant l’Olympique de Marseille. Pour bien connaître le joueur comme le club, Nasser Larguet croit en la réussite de ce pari. « Ce sera, j’en suis persuadé, une belle histoire, puisque Azzedine Ounahi n’est plus un simple potentiel, mais un performeur, poursuit l’expérimenté entraîneur. Il a montré son talent à Angers, qui lui a fait confiance et donné du temps de jeu, ce qui lui a permis d’être sélectionné avec l’équipe nationale du Maroc. En arrivant à l’OM, il va découvrir un grand club, à la riche histoire, où les attentes du public sont importantes. Ce qu’il a démontré à la Coupe du monde, où la pression est au maximum pendant un mois, il va devoir l’assumer au quotidien dans un grand club. Je pense qu’il est armé pour affronter cet environnement, parce qu’il a non seulement des qualités mais aussi une grande personnalité, ce qui est très important pour jouer et réussir à l’OM. »

Pour ce faire, Azzedine Ounahi devra se montrer fort, non seulement vis-à-vis du public marseillais, souvent impatient, mais aussi de la rude concurrence qui l’attend dans le secteur de l’entrejeu. Le plus dur commence.

fniadmin

fniadmin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *