www.faso-nord.info

www.faso-nord.info

VILLAGE DE TILLI DANS LA COMMUNE DE OULA AU YATENGA : MENACES D’AFFRONTEMENT POUR UNE HISTOIRE DE CHEFFERIE

La tension est vive dans le village de Tilli situé dans la commune rurale de Oula au cours de cette journée du vendredi 24 janvier 2017. La désignation d’un chef a divisé le village en deux camps.

 

 

Ne parvenant pas à accorder les violons, un des camps a décidé de la fermeture de la mosquée constituant de trait d’union entre les parties adverses. Le camp du chef village refuse de se plier à cette fermeture du lieu de culte. Les positions se sont radicalisées et au cours de la journée, les partisans de chaque camp armés d’armes blanches ont manqué de s’affronter. Accourus sur les lieux, le premier adjoint au maire de la commune de Oula et le préfet du département tentent de colmater les brèches. Au moment où nous écrivions ces lignes les camps rivaux et les médiateurs étaient en pleines négociations afin de concilier les différentes positions. Des agents de sécurité ont été dépêchés sur les lieux pour dissuader les croquants. Selon nos courses, tout est parti de la désignation du chef de village, il n’y pas longtemps.

 

OULA.jpg

 

Il se susurre que ce village depuis des lustres n’avait jamais connu de chef.  Ce sont des chefs de terre qui étaient les garants des coutumes. Tout dernièrement des mains extérieures seraient intervenues pour imposer un chef au bled. Ce dernier a été désigné et intronisé sans l’aval de tous les habitants. ET selon notre source sept(7) quartiers du village s’opposeraient au chef contre 2 quartiers qui lui sont favorables. Depuis lors les deux camps se regardent en chien de faïence. Le weekend dernier, les deux camps se seraient réunis et au cours de ce conciliabule, Ceux s’opposant à l’intronisation du chef ont proposé qu’on sursoit à cette histoire de la chefferie afin de préserver la paix dans le village. Une entente n’ayant pas été trouvée à ce sujet, les frondeurs ont décidé de la fermeture de la mosquée où les deux camps pouvaient se rencontrer. Pour eux tant que la question du trône de la chefferie n’est pas réglée, il ne pas question d’ouvrir la mosquée. Le camp du chef disant s’occuper de la gestion du lieu de culture s’oppose à sa fermeture. Espérons que les médiateurs parviendront à calmer la tension afin de circonscrire le village d’un bain de sang.

Faso-Nord .info  

 

 


24/03/2017
3 Poster un commentaire

CHERCHEUERS D'EMPLOI : LE CONSEIL REGIONAL DU NORD RECRUTE UN SECRETAIRE DE DIRECTION

      hsdhsisloso
 

CONSEIL REGIONAL DU NORD                                                                                      BURKINA FASO

                ********                                                                                                                       *******

   SECRETARIAT GENERAL                                                                                         Unité – Progrès – Justice

               ********                                                                                                                         *******

SERVICE DES AFFAIRES GENERALES

 

N°2017-____________/CR-N/SG/SAG

                                                                   Ouahigouya, le 6 mars 2017

COMMUNIQUE

Le Président du Conseil Régional du Nord communique :

Il est ouvert au titre de l’année 2017, un test pour le recrutement d’un ou d’une secrétaire de Direction au profit du Conseil régional du Nord.

Peuvent prendre part  audit test, les candidats des deux sexes de nationalité burkinabè  âgés de 18 ans au moins et de 37 ans au plus au 31 décembre de l’année en cours  et titulaire du BAC plus 2 ans (DUT, BTS, DTS),  en secrétariat  ou de tout autre diplôme reconnu équivalent à la date d’ouverture du test et remplissant les conditions d’aptitude physique et mentale exigés pour l’exercice de l’emploi postulé.

Les personnes admises à un concours et qui sont déjà en formation dans une école professionnelle depuis plus d’un mois ne sont pas autorisées à prendre part à ce test.

 

DSC00585.JPG   

  1. A. COMPOSITION DU DOSSIER DE CANDIDATURE

Les candidats désirant prendre part audit test sont invités à déposer leurs dossiers de candidature tous les jours ouvrables de 7H à 15H 30 du lundi 13 au jeudi 30 mars 2017 au siège du Conseil régional du Nord et comprenant les pièces suivantes :

Une demande manuscrite revêtue d’un timbre fiscal de 200f, adressée à Monsieur le Président du Conseil Régional du Nord, datée et signée du candidat et indiquant son adresse complète y compris son numéro de téléphone ;

-          Un extrait d’acte de naissance ou toute autre pièce en tenant lieu ;

-          Une photocopie légalisée de la Carte Nationale d’Identité Burkinabè (CNIB) en cours de validité ;

-          Une photocopie légalisée du diplôme requis ;

-          Une copie légalisée du certificat de nationalité burkinabè timbrée à 200f.

En cas d’admission, le candidat sera invité à fournir des pièces complémentaires.

Toutefois, l’admission  n’est définitive qu’après un contrôle approfondi.

 

B. ADMINISTRATION DES EPREUVES

Le test comporte deux phases : une phase écrite et une phase orale d’admission

1). La phase écrite d’admissibilité comporte une épreuve technique  et un sujet de dissertation notés de 0 à 20 et toute note inférieur à 7/20  aussi bien à l’écrit qu’à l’oral est éliminatoire.

Les épreuves du test se dérouleront selon les horaires ci-après :

07H à 10H : épreuve technique – coef 2 ;

11H à 13H Dissertation – coéf 1.

2). La phase orale comporte un sujet d’actualité et faisant appel aux connaissances générales du candidat et noté de 0 à 20, coéf 1

La note définitive d’admission est constituée de la moyenne des notes pondérées de l’écrit et de l’oral.

L’accès à la salle de composition est subordonné à la présentation du récépissé d’inscription et de la CNIB ayant servi au dépôt  du dossier.

Les candidats sont informés que les déclarations de perte de CNIB ne sont pas acceptées.

Le  candidat admis sera  immédiatement intégré dans la Fonction Publique territoriale en qualité de fonctionnaire.

Le test se déroulera le vendredi 31 mars 2017 au Lycée Municipal de Ouahigouya. L’appel des candidats est fixé à 6H 30.

 

                                                                                    Bila René ZIDA

                                                                   Administrateur des Services Financiers

                                                                             Chevalier de l’Ordre National

 

 

 


24/03/2017
0 Poster un commentaire

Dragons Kung-Fu CLUB de Ouahigouya : Un brillant examen de passage et des médailles arrachées dans un fleuve de difficultés

Les dragons jaunes Kung-Fu Club de Ouahigouya a organisé une cérémonie de remise de ceintures et de médailles aux lauréats de l’examen de passage et du championnat national. L’activité s’est déroulée le samedi 04 mars 2017 sur le plateau omnisports de l’Ecole Nationale des Enseignants du Primaire(ENEP) de Ouahigouya.

 


 

Pour la circonstance, le directeur technique national de cette discipline est venu avec d’autres acteurs.  Les vedettes du jour étaient les 49 dragons promus au grade supérieur après l’examen de passage du 22 janvier 2017 et les 19 médaillées décrochées lors du championnat national le 26 septembre 2017 à Ouagadougou.  Parents des apprenants, sympathisants, autorités sportives et administratives ont pris part à cette fête de récompenses.

 

A (1).JPG

 

Moustapha Sawadogo, le porte-parole des parents a relevé le caractère bénéfique de la pratique de ce sport sur les enfants et sur les personnes âgées. Il a salué la détermination de l’encadreur qui, enseignant de son état fait un aller- retour de 25 km par jour afin de s’adonner à sa seconde passion qu’est d’initier les enfants aux arts martiaux. Convaincu que la pratique de ce sport est bénéfique, le porte-parole des parents a plaidé pour que les autorités soutiennent les Dragons Kung-fu Wushu club de Ouahigouya.  Pour l’examen, sur la cinquantaine de candidats, quarante-neuf ont réussi le passage.

 

A (6).JPG

 

Les lauréats dans les différentes catégories sont repartis avec leurs ceintures de grade supérieur fièrement attachées.  Le club Dragons jaunes faut-il le rappeler est une initiative de Mathias Sanou, instituteur de profession et instructeur en arts martiaux. Prenant la porte, il s’est dit être honoré par la présence des évaluateurs venus de la capitale. Se réjouissant de l’adhésion et de l’intérêt des enfants aux arts martiaux, il a profité de l’occasion pour demander un appui dans le sens de résoudre certaines difficultés. Il citera l’insuffisance du matériel d’entrainement, le manque d’un plateau de sport propre au club. A ce sujet, il fera remarquer que le club fait le tour des plateaux du lycée municipal, de la plateforme maraîchère et de l’ENEP pour ses entraînements.

 

A (8).JPG

 

Une promenade qui dissuade certains parents à inscrire  leurs enfants.  Mathias Sanou pense également que son rapprochement à la ville de Ouahigouya lui permettra de mieux se consacrer aux activités du club. Il a lancé un appel à toutes les bonnes volontés pour un éventuel soutien. Tout apport se convainc-t-il contribuera  à la promotion de cette discipline sportive dans la région du Nord. A son tour le Directeur Technique National (DTN) de la fédération Kung-fu Wushu, Oumar Coulibaly, précisera que le déplacement de sa structure se situe dans le cadre du programme fédéral.

 

A (3).JPG

 

C’est l’occasion de voir la mise en œuvre du programme du club, de corriger les écarts et de donner des conseils sur les techniques du Kung-fu Wushu d’où toute l’importance de cette cérémonie organisée par le club de Ouahigouya. Il n’a pas tari d’éloges à l’endroit de l’instructeur de Dragon jaunes, Sanou Mathias et ses collaborateurs sans manquer de leur inviter à redoubler d’efforts pour faire rayonner le Kung-fu Wushu de mille feux dans la région du Nord . 

Drisssa wendbark    

 

 


24/03/2017
0 Poster un commentaire

Pénurie d’eau à Ouahigouya : L’ONEA face à un manque à gagner journalier de plus 1000 m3 d’eau

Certains habitants de la ville de Ouahigouya sont confrontés à une pénurie criarde d’eau, passant plusieurs jours sans recueillir la moindre goutte d’eau de leur robinet. Excédés, des habitants du secteur 2 ont été rencontrés le directeur régional de de l’Office Nationale de l’Eau et l’Assainissement(ONEA) Ouahigouya, Eric Ouédraogo pour comprendre la situation

 

 

Ce mardi 21 mars 2017, il était 10 heures, et nous voilà dans les bureaux du Directeur de l’ONEA Ouahigouya, Eric Ouedraogo. Un groupe de citoyens du secteur 2 de la ville, partis pour comprendre cette longue pénurie qu’ils vivent ces dernières semaines du mois de mars. « Aucune goutte d’eau ne tombe de mon robinet depuis la journée du vendredi 17 mars 2017. Mes veillées sont restées infructueuses » raconte un habitant de la villa 22 de la cité de forces vives Amidou Ouédraogo, le cœur plein d’amertume.  Le directeur, Eric Ouédraogo a salué l’approche de la délégation avant de passer aux explications.

 

DSC02572.JPG

 

Il indiquera   que la ville de  Ouahigouya est une zone de choc. En un mot la nappe phréatique n’est pas bien fournie d’où l’incapacité de l’ensemble de station de l’ONEA Ouahigouya à satisfaire les besoins de populations en eau. Il précisera que la ville de Ouahigouya a un besoin journalier minimal de 5000 mètre cubes alors que l’ensemble des productions dessert 4000 mètres cubes jour. Comme potentiel hydraulique, ce sont 27 forages et 17 puits et le barrage de Goinré qui permettent de fournir la denrée rare aux populations.

 

Guitti.jpg

 

Il déplore aussi le fait que le barrage de Goinré soit occupé par des exploitants agricoles, toute chose qui complique la situation. Eric Ouédraogo fera remarquer que la position géographique de certains secteurs joue négativement sur la pression de l’eau engendrant des moments de coupures prolongées en cas de baisse générale. Pour lui, les zones situées en altitude (zone haute) souffrent de leur position.

 

index.jpg

 

Il citera certaines parties des secteurs 1, 2 et 12 où l’approvisionnement est très difficile en ce temps de chaleur. La pénurie est moins criarde   à certains endroits des secteurs 10 et 13. En attendant, la mise en eau du barrage de Guitti dans la commune de Séguénégua qui est prévue pour la saison pluvieuse de 2017, le directeur a donc rassuré que des mesures urgentes seront bientôt prises pour optimiser le ravitaillement du liquide précieux à l’endroit de la population.  Le nouveau patron de l’ONEA a plaidé pour la compréhension des citoyens de la ville.

 

onea.jpg

 

Le porte-parole des visiteurs du jour, Hamidou Mandé  a au nom du groupe remercié leur interlocuteur pour ses explications tout en appelant à une prise de mesures dans le sens d’alléger les souffrances des habitants de la cité de Naba-Kango. Il a ajouté que dans la cité de Naaba Kango, certains branchements d’eau comme son secteur ne sont pas adaptés au développement des secteurs. Les vannes d’eau semblent être très exigües par rapport à la croissance démographique du secteur a-t-il ajouté. Le porte parole a conclu en invitant les responsables de l’ONEA à privilégier un meilleur partage de cette denrée rare en adoptant une forme de distribution alternées dans tous les secteurs de la ville.   

 

Faso-nord.info            


23/03/2017
1 Poster un commentaire

Barrage de Guitti au Yatenga: De l’argent frais pour les riverains impactés

Dans la matinée du jeudi 16 mars 2017 les chefs de services techniques et l’ensemble des populations des 28 villages du département de Namissiguima ont été conviés à une audience publique dans la salle de réunion de la mairie de Namissiguima. Il s’est agi pour l’équipe des enquêteurs, composée essentiellement des membres de l’Agence de Conseil pour l’Equipement, l’eau et Environnement (AC3E) et de l’Agence d’Exécution des Travaux et Equipement Rural (AGETER), de recueillir des suggestions, des propositions des riverains du barrage avant l’adoption et la finalisation du projet de la réhabilitation dudit barrage.

 

 

 Dans la journée du jeudi 16 mars dernier, précisément aux environs de 9h, une équipe d’enquêteurs a foulé le sol de la commune de Namissiguima. L’équipe des enquêteurs étaient essentiellement composée des membres de deux bureaux d’étude, à savoir l’AC3E et  l’AGETER dont on peut qualifier de principaux acteurs de la construction du barrage de Guitti, barrage situé majoritairement dans le département de Séguenega. Cette audience publique a lieu dans la salle de réunion de la mairie de Namissiguima et a regroupé plus de 149 personnes venues des 28 villages du département. Elle fut présidée par le Préfet de Namissiguima, monsieur BONI Issa. L’objectif de cette visite était de rencontrer les populations riveraines du barrage de Guitti vivant dans le département de Namissiguima, a indiqué l’enquêteur principal monsieur Compaoré Adama du ministère de l’environnement.

 

 

Il s’est agi pour les communicateurs du jour de présenter aux populations les avantages directs et indirects du barrage et de les rassurer que le travail de construction s’est bien déroulé selon la règle d’or. Ils ont fait savoir également que des maisons et champs, qui seront impactées par le projet, ont été répertoriés et leurs propriétaires ont reçu des indemnités de nature financière. « Le barrage est pratiquement fini. Mais il faut savoir que cette audience publique est assez importante pour la réalisation du projet », a déclaré monsieur Oboudé Séré, le représentant de l’AGETER. Pour lui, il est du devoir de l’Etat de communiquer sur les activités du nouveau barrage dont il (l’Etat) en a la charge, afin de prendre l’avis des populations sur ce projet. En plus de la mairie de Namissiguima, celles de Ouindigui, Titao, Oula et Séguénégua ont bénéficié des mêmes communications, a en croire monsieur Compaoré du ministère de l’Environnement.

 

 

Quant au bureau d’étude de l’AC3E, dans le département de Namissiguima, c’est uniquement le village de Dombré qui sera impacté par les travaux du barrage. Toutes personnes ayant son champ dans le périmètre du barrage ou dans les 100 mètres derrière la borne du barrage verra sa propriété retirée et sera indemnisée selon que, pour  un terrain de 1 hectare, la somme allouée pour l’indemnisation est de 425 000F CFA. «Dans le village de Dombré, 3 personnes ont leurs champs dans le périmètre du barrage. Elles ont toutes été enregistrées aussi », a précisé monsieur   Théodore Kouama  de l’AC3E. Il faut retenir que le budget alloué pour la réalisation du barrage de Guitti s’élève à 10 milliards de francs CFA. D'une superficie  de 44 millions de m2, le barrage de Guitti sera parmi les 10 premiers barrages du Burkina Faso.


Avant de mettre fin à la rencontre, le Préfet a invité la population à plus murir la réflexion sur ledit projet car, a-t-il dit, un registre est déposé à la préfecture pour recueillir d’éventuelles suggestions et  propositions, et ce au plus tard le 8 avril prochain. Cette audience a été historiquement marquée par un procès-verbal amandé sur place par l’assistance, pour témoigner « l’adoption ou la non adoption du présent projet ».

 

 

Rimédo Séverin

 


22/03/2017
1 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :