www.faso-nord.info

www.faso-nord.info

Coopération Chambéry-Ouahigouya : Plus de 31 millions pour les organisations de la société civile

Le président de la commission affaires générales du conseil de Ouahigouya, Mamadou Maiga et certains chefs de service de l’administration communale ont tenu une rencontre d’échanges  le samedi 18 novembre 2017 avec les organisations de la société civile intervenant  dans la commune  de Ouahigouya. Cette rencontre a porté sur les conditions de participation à l’appel à projet  lancé par les autorités communales  afférent  à la répartition  de la somme de 31 887 500 FCFA  accordée par la  coopération Chambéry Ouahigouya  aux organisations de la société civile  dans le cadre  de la coopération décentralisée entre les deux villes.  
 
 
Cette rencontre  à entendre le responsable de la commission affaires générales du conseil municipal de Ouahigouya , Mamadou Maiga ,  se veut un moment pour donner des informations à l’ensemble de la population de la commune et particulièrement aux organisations de la société civile (OSC) intervenant  dans la dite  commune sur les critères d’éligibilité  à l’appel  à projet lancé   en rapport  au fonds  de la coopération –Chambéry – Ouahigouya.
   .  DSC01025.JPG
 
 Cette subvention rappelle  le président  de la commission affaires générales, vise à accompagner les initiatives innovantes de la société civile, le renforcement de leurs capacités financières et organisationnelles  pour leur meilleure implication au développement local.  Mamadou Maiga  signifiera également  que le conseil  municipal  dans sa quête du bien-être de la  population , prône le développement participatif  à travers  son plan communal  développement (PCD) .   Cela indique-t-il, passe par une forte  implication des OSC. Le chargé des projets et programmes à la mairie de Ouahigouya , Aubin W Koumsongo dans sa communication , indiquera  que cet appel à projet afférent au fonds de la coopération Chambéry  -Ouahigouya  à l’endroit des associations prend effet à partir de ce lundi 20 novembre 2017.
 
IMG_20171120_183458_230.JPG
 
La réception des dossiers prend fin le 04 décembre 2017 à 15h 30 mn.   Sont  éligibles, les organisations en conformité  à  l’une des lois suivantes : loi 10/1992/ADP du 15 décembre 1992 ou la loi 064 CNT du 20 octobre 2015 ; la loi  14/99 /AN portant règlement des sociétés coopératives et groupements au Burkina Faso. Par ailleurs,   les associations postulantes doivent  avoir leurs  sièges à ouahigouya et justifier  au moins d’une année d’expérience. Elles doivent intervenir  dans le domaine de la santé  , l’éducation, la jeunesse et le développement durable. Les montants fixés pour la subvention sont compris entre   1.967.850f CFA et 5.247.600fcfa.  Chaque  association doit contribuer à hauteur de 10% du coût total de son projet. Après la réception des dossiers, suivra la phase de la présélection.  Les associations présélectionnées  seront appuyées  par l’opérateur de la coopération Chambéry –Ouahigouya  pour l’écriture définitive des projets.  Ces projets seront encore soumis au comité qui se chargera de la validation des meilleurs.  Les résultats seront soumis à la coopération Chambéry- Ouahigouya avant publication.
  IMG_20171120_183539_886.JPG
 
Tout en se réservant le droit de rejeter  tout dossier ne comportant pas les documents exigés, le comité  fait savoir  que  la transparence et l’équité   seront de mise dans sa mission. Information a été donnée  que les raisons  des rejets   seront clairement formulés aux différents  candidats à l’appel à candidature.  Saluant  la démarche des autorités communales, certains participants ont émis des réserves sur certaines conditions notamment celles de justifier  d’une  ’expérience d’une année, la contribution à hauteur de 10%. Un plaidoyer a été fait dans le sens de permettre à des associations de se constituer en consortium pour postuler à l’appel à projet. Après d’intenses débats, les différents protagonistes se sont accordé les violons.  La balle est maintenant dans le camp des OSC qui  doivent redoubler d’ingéniosité  dans la formulation de leur idée de projets   pour franchir l’étape de la phase de la  présélection. 
 
Faso-Nord.info 

20/11/2017
0 Poster un commentaire

Marche de soutien au Général Diendéré à Yako: Les manifestatants entre " accélérer le jugement" et Libérer mon Général "

Une association  dénommée « La Main Propre », dont le  président,  Frank Sidnoma Sankara, se réclamant  représentant des chefs coutumiers et l’ensemble des filles et fils du Passoré, a organisé une marche-meeting à Yako ce samedi 18 Novembre 2017. Ils  exigent une justice équitable sinon  la libération  du General Gilbert  Diéndéré , incarcéré à la MACA, il ya deux ans, accusé d’être la tête pensante du coup d’Etat du 16 septembre 2015
 
géneral.jpg
 
Cette manifestation a véritablement été minutieusement préparée. Pour preuves, des représentants des 08 communes de la  province du Passoré étaient là. Des chefs coutumiers se sont également bien affichés dans leurs tenues d’apparats. Ambroise Tapsoba PDG de la radio Optimum, s’est personnellement invité pour apporter sa touche de " grande gueule". L’agitateur hors paire,  Nana Thibaut ne s’est pas  fait  prier  pour prendre part  à cet événement grandeur nature des partisans de Gilbert Diendéré et du régime déchu. 
 
IMG_7093.JPG
 
Les affiches géantes et les banderoles  à l’effigie du Général prisonnier indiquent clairement que l’association au devant de l’organisation  avait les moyens de sa politique. Ces slogans « Justice pour Diendéré », « Libérer mon général » « Mon général, tout le Passoré vous soutient » scandés tout au long de la marche affichent l’intention des marcheurs .
 
IMG_20171119_114209_894.JPG
 
«Nous sommes là ce matin pour exiger  à ce qu’on accélère les dossiers du putsch, dont notre grand frère, notre fils notre papa, le général Gilbert Diendéré, est impliqué. Nous demandons à la justice d’accélérer car le peuple burkinabè a soif » s’est fendu Frank Sidnoma Sankara, s’attribuant le titre de  représentant des chefs coutumiers et l’ensemble des fils et filles du Passoré.  Partis de la devanture du Centre médical avec antenne chirurgicale de Yako,  après avoir parcouru quelques artères de la ville, les marcheurs ont été remettre leur déclaration à Mme le préfet  de Yako, Karidiatou Kaboré , représentant le Haut commissaire de la province
 
IMG_20171119_114235_552.JPG
 
Le Naba- Sigri de Dakola  était le porteur du message des autorités coutumières en ces lieux. Au meeting, après la marche, partisans du Général lui a réaffirmé leur indéfectible soutien tout en réaffirmant leur engagement à veiller a ce que son jugement se fasse de façon équitable  et dans les règles de l’art. 
 
Faso-nord.info 

19/11/2017
0 Poster un commentaire

Région du Nord : Les malades mentaux bénéficient d'un centre de " récupération " et de réinsertion

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la santé mentale le 10 octobre dernier,  sous le thème « La santé mentale en milieu de travail », l association Sauvons le Reste « SAULER » et son partenaire  Mission Chrétienne pour les aveugles  CBM ont procédé à l’ouverture officielle d’un centre d’accueil, de transit, de prise en charge et de réinsertion socio-économique des personnes handicapées  psychosociales. 
 
Une administration , une cuisine, une infirmerie pour les premiers soins, des logements pour les bénévoles de l’association, deux dortoirs  pour les patients   dont un pour les hommes et l’autre réservé aux femmes , un espace de détente pour les patients et leurs visiteurs , un parking , voici les infrastructures formant ce centre  d’accueil , de transit , de prise en charge et de réinsertion socio-économique situé en banlieue est de Ouahigouya ,  construit grâce à un financement de l’ONG CBM Suisse .
 
 
DSCN1134.JPG
 
Ce centre fait partie des activités du projet « Seconde chance » lancé en 2016 pour une durée de 4 ans. Ce projet,  financé par l’ONG CBM et conduit par l’association Sauvons le Reste (SAULER) entend développer dans la région du Nord, une fourniture de service multi disciplinaire adapté aux personnes handicapées psychosociales y compris celles vivant dans la rue. Il propose une offre de service intégrée au niveau des soins de santé primaire et un programme spécialisé de prise en charge psychosociale.
 
DSCN1144.JPG
 
Au nombre des activités menées  dans le cadre  ce projet, l’on retient  la formation en santé mentale de 220 agents non spécialisé, des agents sociaux, des volontaires de l’association SAULER; la formation de 50 agents de sécurité en secourisme et premiers soins. Une autre mission assignée à ce projet est de faire le dépistage des troubles mentaux et rendre disponible les médicaments dans les formations sanitaires de la région du Nord.  Un plaidoyer a été mené dans ce sens pour l’acquisition des médicaments psychotropes. 
 
DSCN1155.JPG
 
Les pensionnaires du centre bénéficient d’une prise en charge alimentaire, vestimentaire, sanitaire et psychosociale .Un fonds  a  été institué pour les malades stabilisés et leurs familles .Ce fonds comprenant  les frais d’inscription et  l’achat  des kids de base  permettra de placer les malades stabilisés dans des ateliers de production et des centres de formation professionnelle.   Formés, les bénéficiaires pourront s’auto employer. D’autres pourront se servir de leur argent pour réaliser des activités génératrices de revenus (embouche, maraichage, élevage de volailles et petits ruminants ; petits commerces et artisanat.  Si le lancement officiel des activités de ce centre donne encore plus d’envergure aux activités de projet « Seconde Chance », il faut cependant noter que Sauvons le Reste et ses partenaires ont  abattu bien avant un travail gigantesque. Le président de « Sauvons le Reste », Adama Ouédraogo  donne plus de détails .
 
DSCN1147.JPG
 
Au cours de l’année 2017, il indique que 161 malades ont été répertoriés dont 124 hommes et 37 femmes. 20 familles de patients ont été identifiées, parmi lesquelles des ghanéens et des maliens. 161 patients sont bénéficiaires d’une prise en charge hygiène et vestimentaire .28 patients (22 hommes et 6 femmes) ont bénéficié d’une prise en charge médicale 11 260 personnes ont été touchées par les activités de sensibilisation théâtrales et des causeries éducatives sur la maladie mentale. 12 personnes prises en charge ont effectué un retour en famille âpres un passage au centre. En claire, 1800 personnes souffrant de troubles mentaux, vivant en famille ou dans la rue sont les bénéficiaires directes de ce projet. Au cours de la cérémonie, des anciens malades pris en charge par SAULER, aujourd’hui guéris de leur maladie, ont fait des témoignages émouvants. Réaffirmant sa disponibilité à soutenir la mise en mise œuvre des activités de ce projet « Seconde Chance », l’ONG CBM précise que ce Centre d’accueil et de transit  est une contribution au respect des droits humains des malades mentaux. Le président de SAULER a profité de la tribune pour lancer un cri de cœur «  Ayons un regard solidaire envers les personnes ayan un handicap psycho-social. Je vous demande donc solennellement vous, autorités, décideurs, personnes ressources, sans oublier la communauté entière de continuer à nous soutenir. Continuez à nous aider à sortir ces personnes  des conditions de vies inhumaines dans lesquelles elles se trouvent. 
 
DSCN1178.JPG
 
Pour le Gouverneur de la région du Nord, Hassane Sawadogo, ce projet vient comme un soulagement au regard de l’ampleur des maladies mentales dans la région du Nord. Et de saluer les efforts conjugués du ministère de la santé, du ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, de la commune de Ouahigouya, de l’ONG CBM, de l’association SAULER. « A l’ONG CBM partenaire financier de ce projet, soyer rassuré de notre disponibilité constante à vous accompagner pour l’atteinte des objectifs escomptés. Je souhaite que l’association SAULER , bénéficiaire de l’infrastructure puisse poursuivre son œuvre salutaire de prise en  charge et de suivi des personnes vivant avec un handicap psycho-social » a déclaré le gouverneur de la région du  Nord . 
Faso-nord.info 

18/11/2017
0 Poster un commentaire

Projet NEER-TAMBA : De micro-projets pourvoyeurs de revenus au profit des promoteurs du Passoré

Le Mercredi 15 Novembre 2017, une délégation du projet-NEER-TAMBA était en  mission de supervision à Yako. Quatre sites, de micro-projets  de transformation de sésame en biscuit, de graines de néré en soumbala, d’apiculture, et d’aviculture traditionnelle améliorée, ont été visités par les membres de la délégation 
 
Quatre zones ont été ciblées pour   la visite des membres de la mission du projet NEER-TAMBA. Il s’agit des sites du micro-projet de transformation du sésame en biscuit de commercialisation du secteur 4 de Yako de Mme  Somkatigbo Ilboudo promotrice dudit centre, la transformation de graines de néré en soumbala de  Brigitte Kabore du village de Golo, de la mise en place d’une unité d’apiculture traditionnelle améliorée de Nicolas et Ambroise DIENDERE du village de Song-Naaba,et de la mise en place d’une unité d’aviculture traditionnelle améliorée de deux reproducteurs et de vingt poules de Mme Cécile Ouedraogo,du village de Petit- Samba. Cette visite  visite s’est effectuée en présence   du conseiller du projet, SAlif Tinto, et du chef d’équipe, Aristide Aoma.
 
IMG_6950.JPG
 
Dans tous les sites visités, les bénéficiaires  ont  traduit  leur fierté  de recevoir un accompagnement   du projet NEER-TAMBA.  Ils attestent  tous tiré bénéfices  de leurs activités. Les gains mis de côté  indiquent les bénéficiaires permettent   de prendre en charge la scolarité des enfants    , de s’occuper de la santé et de subvenir à d’autres besoins. « Ma vie a changé grâce à Neer-Tamba. Mon activité me permet d’épargner et d’employer d’autres femmes. Je dois tout à ce projet »  s’exclame  la transformatrice du sésame en biscuit de commercialisation, Mme Somkatigbo Ilboudo  du secteur 4 de Yako
 
.IMG_6930.JPG
 
Ils ont cependant plaidé  pour le renforcement de leurs capacités  afin de permettre   une gestion optimum de leurs activités.  Pour les visiteurs, les résultats constatés sur le terrain   donnent une raison d’espérer  un impact positif des activités   de ce projet. C’est aussi un motif de satisfaction de constater  que les micro-projets financés sont pertinents . Cependant,  il faut relever  que des efforts doivent fournis en termes d’hygiène.  La poussière menace  sérieusement la qualité des activités au site du secteur 4 
 
.IMG_6974.JPG

Après Yako, les responsables du projet ont mis le cap sur Gourcy, Ouahigouya et Titao  pour s’enquérir de l’évolution d’autres microprojets qu’ont bénéficié d’autres   promoteurs dans  ces localités . Cofinancé par l’Etat Burkinabè et le Fonds internationale de développement agricole(FIDA), le projet NEER-TAMBA vise entre autres le renforcement de la résilience des  ménages, la valorisation des produits agro-sylvo- pastorales, la réduction de la pauvreté en milieu rural en améliorant les revenus et les conditions des habitants en particulier les jeunes et les femmes 
 
Faso-nord.info 

16/11/2017
0 Poster un commentaire

Hôtellerie à Ouahigouya : Toyoko, une entreprise modèle aux prestations de qualité

L’hôtel Toyoko basé au secteur 13 de Ouahigouya a reçu le lundi 13 novembre 2017, la visite du ministre du Commerce de l’Industrie  et de l’Artisanat, Stéphane Sanou. 
 
D’abord commerçant au grand marché de Ouahigouya dans les années 1991, Hamadé Ouédraogo s’est essayé à  l’entreprenariat dans les  travaux publics en 1998 où il a décroché un marché juteux de livraison d’agrégats de 58 millions en partenariat avec Fadoul Technibois  dans le cadre de la construction de la route Ouahigouya-Séguénega.
 
DSCF3035.JPG
 
Après un séjour de quelques années au Canada, il reviendra dans son Ouahigouya natal en 2006 pour entamer la construction de l’hôtel Toyoko. A l’aide de ses économies, il réalisera premièrement 11 chambres d’hébergement, un restaurant et une discothèque. En 2014, le chemin de ce promoteur d’entreprise et l’Agence de financement et de promotion des petites et moyennes entreprises se croise. Son   dossier de prêt de 48 850 000 FCFA est accordé pour l’extension de son hôtel. Toyoko fait peau neuve et voit sa capacité d’accueille se  renforcer  avec un nouveau bâtiment R+2 d’une capacité de 12  chambres,  d’une salle de conférences, d’une piscine de15 m de longueur sur 9 m de largeur. 
 
 DSCF3049.JPG
 
Cette somme a permis aussi  l’acquisition d’équipements d’exploitation, la rénovation de la discothèque et du premier bâtiment. Cette nouvelle configuration de l’hôtel a entrainé l’augmentation  du chiffre d’affaire du promoteur passant de 140 millions en 2014 à 185 millions en 2017 soit une augmentation de 32%. De 26 employés en 2013, le nombre est passé à 36 de nos jours. L’hôtel Toyoko compte actuellement   34 chambres d’hébergement. Visiblement satisfait, le ministre Stéphane Sanou fera remarquer que tout partenaire est heureux de voir que l’appui qu’il a accordé a été utilisé à bon escient et d’être rassuré de la pérennisation de l’investissement.  « L’hôtel Toyoko est la preuve que le secteur privé est effectivement pourvoyeur de richesse et d’emplois » soutient le patron du Commerce de l’Industrie  et de l’Artisanat du Burkina. Le DG de l’agence de financement et la promotion des petites et moyennes entreprises, Daouda Ouédraogo  dit n’avoir pas eu de  doute quant à   la rentabilité et la pertinence du dossier de Hamadé Ouédraogo. C’est pourquoi sa structure lui a accordé le crédit sans la moindre hésitation.  Et le ministre Stéphane Sanou de renchérir « Nous sommes mariés pour toujours.
 
DSCF3092.JPG
 
A chaque fois  que de besoin, si ce promoteur nous sollicite, nous l’accompagnerons. Il a fait la preuve de son mérite et de son professionnalisme ». Pour Hamadé  Ouédraogo, recevoir un ministre de la république au sein d’une petite entreprise comme la sienne  réconforte et galvanise. Cette visite selon lui,  témoigne de la volonté des plus hautes autorités du pays à soutenir le secteur privé. En termes de perspectives, l’entreprise compte engager des actions de communication afin d’assurer l’exploitation optimum des 34 chambres d’hébergement  
 
Faso-nord.info 

15/11/2017
0 Poster un commentaire

Commune de Ouahigouya : Le budget primitif 2018 adopté à plus de deux (2) milliards 460 millions de francs CFA

Le conseil municipal de Ouahigouya s’est réuni pour la troisième  session ordinaire de l'année 2017 du 9 au 11 novembre  à Ouahigouya.  Fort d'un effectif  113 conseillers en exercice, Quatre  Vingt dix sept  (97 ) ont répondu présents, deux (02 ) part procurations et quatorze (14) absents. Toute chose qui a permis la tenue effective de cette session pour statuer entre autre sur le budget  primitif de 2018, adopter des délibérations et faire des communications orales. 
 
Pour la troisième fois dans l'année 2017, le conseil municipal de la commune de Ouahigouya s’est réuni du 9 au 11 novembre 2017 pour sa session ordinaire sous le présidence du maire Boureima Basile Ouédraogo.
 
La 1ère adjointe au Maire Djénéba SODRE et le président de la commission affaires générales Mamadou Maiga à l'ouverture de la session.jpg
 
A l’ordre du jour, le conseil s’est attaqué pour l'adoption budget primitif gestion 2018, fait des délibérations et des communications diverses. A l’issue du discours d’ouverture, les conseillers sont allés en commissions pour analyser  sur le budget. APrès les plénières qui ont permis de faire des observations du budget primitif  composé de  fonctionnement  et investissement , il a été adopté sans difficultés lors de cette session . Pour le volet  fonctionnement , il s’élève en recettes à la somme d’un ( 1) milliard cent cinq millions cinq cent cinquante neuf mille soixante quinze (1 105 559 075) francs CFA et en dépenses à  un(1) milliard cent cinq millions cinq cent cinquante neuf mille soixante quinze (1 105 559 075) francs CFA. Les investissements de la commune pour l'année 2018  sont à un (1) milliard trois cent soixante millions six cent dix mille deux cent quatre vingt quatre (1 360 610 284) francs CFA en recettes et en dépenses à la somme d’un (1) milliard trois cent soixante millions six cent dix mille deux cent quatre vingt quatre (1 360 610 284) francs CFA.
 
Les conseillers et conseillères étaient fortement mobilisés autour de la session-1.jpg
 
Le  budget gestion 2018 de la commune de Ouahigouya s’élève à deux (2) milliards quatre cent soixante six millions cent soixante neuf mille trois cent trois cent cinquante neuf (2 466 169 359) francs CFA. Il faut noter que la session a permis de faire six des délibérations importantes. L’une des grandes délibérations  porte sur la  cession d’un terrain de vingt sept (27) hectares ha sis dans zone de promotion immobilière pour la construction de 300 logements sociaux à Ouahigouya au profit du Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat. En plus de la  délibération portant adoption du budget primitif gestion 2018,  le conseil à fait l’approbation du plan d’occupation des sols (POS) et une autorisation d’affectation du droit de tirage 2017, Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) pour la construction et l’équipement de trois salles de classe dans la commune de Ouahigouya. En divers,  des informations sur la réhabilitation et la gestion de l’abattoir de Ouahigouya, la démission du conseiller de Bogoya, Yembila OUEDRAOGO, la contribution de la police nationale au budget communal, la mise en place d’une commission ad’ hoc pour réfléchir sur les textes de la SAGIMO ont entre autres été données.
 
 Faso-nord.info 
      
   

14/11/2017
0 Poster un commentaire

BCB/Ouahigouya : Les femmes à l'honneur lors des 48 heures de la banque

La célébration de la deuxième édition de la banque commerciale du Burkina le 28 octobre 2017  a été marquée par une course cycliste féminine. Le top de départ de la course a été donné devant le siège de la banque au secteur 2 de Ouahigouya .
Pour cette  deuxième édition des 48 heures de  la Banque commerciale du Burkina( BCB) à Ouahigouya, comme  précise la responsable du guichet Mme Sawadogo /Ouédraogo Adissa   se veut  un moment de communion entre les clients et la dite institution financière
20171028_083757.jpg
 
La part belle a été réservée aux femmes. Elles étaient au total une trentaine sur la ligne départ de la course cycliste  pour un  parcours d’un circuit  de 20km à l’intérieur de la ville.  Ce fut l’occasion  pour certaines de démontrer qu’elles n’ont à envier à certains hommes au sujet de la maîtrise du vélo et de la rapidité à pédaler. Font partie de celles-ci, la porteuse du dossard 46,  Sanata Porgo qui a pris une grande distance sur ses concurrentes en franchissant toute seule  la ligne d’arrivée. Une bravoure qui lui  donne droit à un plat et un compte bancaire crédité de 20000 FCFA. La seconde  à franchir la lignée,  Zourata Sawadogo  a bénéficié d’un plat et d’une somme de 17500FCFA placé dans un compte bancaire.
  20171028_084005.jpg
 
La troisième,  Zoenabo Porgo en plus du plat a vu son compte bancaire crédité d’une somme de 15000fcfa. Chacune des autres participantes est repartie avec un plat et une somme forfaitaire. Contente de voir une forte mobilisation à cette activité phare de la célébration de la deuxième édition des 48 heures de la BCB, la responsable du guichet de Ouahigouya clamera que la 3ème édition  en 2018, connaîtra des innovations majeures. 
 
Faso-nord.info 

11/11/2017
0 Poster un commentaire

Bilan de l’accrochage dans le Soum : L’heure est à plus de collaboration et de soutien aux Forces de Défense et de Sécurité

Dans un communiqué en date de ce 10 novembre 2017, la direction de la communication et des relations publiques des armées Burkinabè informe l’opinion qu’un accrochage a eu lieu avec les éléments de groupes armés et un des détachements des forces burkinabés à la frontière Burkina-Mali ce jeudi 09 novembre 2017.

 

  Communiqué Armée Ariel.jpg

 

Le bilan fait état de plusieurs victimes du coté ennemis, une dizaine de motos des ennemies détruites et de leurs armement récupérés dans le détachement burkinabé.  Du cotés de nos forces de défense  , on enregistre quatre(4) blessés dont un cas grave qui est en soins. Les premiers responsables des Forces de défense et de sécurité encouragent les unités sur le terrain à rester dans cet élan opérationnel,  invitent les populations à accroitre cet élan de collaboration et demeurer vigilantes. Cette information est bien accueillie par plus d’un citoyen burkinabè dans un contexte de montée fulgurante des attaques au Burkina. Une fois de plus, les populations doivent savoir que l’heure n’est pas au jubilé mais à plus de vigilance et de collaboration afin que nos forces de défense et de sécurité soient plus opérationnelles .

 

Faso-nord.info         


10/11/2017
2 Poster un commentaire

Cyclisme dans la région du Nord : « Lilligomdé Koamba » et ses amis épaulent le vélo club de Ouahigouya

Le président de l’association Lilligomdé Koamba (les enfants de Lilligomdé) , Jean-pierre GRIL et  Ollivier GILLES, membre du conseil d’administration de l’association ont séjourné   à Ouahigouya en fin octobre 2017 dans le cadre de leurs activités. Ce séjour  a donné l’occasion à Jean-Pierre GRIL et ses amis d’apporter un coup de main au vélo club de Ouahigouya le jeudi 26 octobre 2017 au lycée Yam Waya de la dite ville.

 

A la suite du don d’un lot de matériels composés de pièces de rechanges pour vélo et de tenues de sport au profit du vélo club de Ouahigouya en début du mois de  février 2017, le président de l’association Lilligomdé Koamba , Jean-Pierre GRIL et ses amis ont encore poser un autre geste. Ils ont procédé à la remise d’une enveloppe financière à l’équipe  de la petite reine de Ouahigouya.  Ce jeudi 26 octobre 2017, c’est à Aliou Tall, président du vélo club de Ouahigouya de revoir cet appui d’environs 260 000 F CFA des mains du président de Lilligomdé Koamba.

 

A (5).jpg
 

« Ce geste  parait modeste, mais il sera d’une importance à la promotion des activités du club. En début d’année nous avions reçu du matériels qui a permit aux jeunes de bien mener leurs activités. Et une fois de plus, cette  enveloppe reçue nous  réjoui  grandement. Au nom de toute l’équipe, nos sincères reconnaissances à Jean-Pierre  et Ollivier qui seront chargé de transmette à toutes ses bonnes volontés depuis la France.   Je profite lancer un appel aux fils de la région à nous soutenir dans la recherche de sponsors car nous sommes sans sponsors . Malgré cela, nous participons à des compétions au plan national et les résultats sont satisfaisants » a expliqué Aliou TALL.

  A (2).jpg

 

Pour le donateur, Jean-Pierre GRIL,  l’équipe de vélo club de Ouahigouya fait de grands efforts malgré les conditions difficiles. Nous avons été agréablement surpris de voir qu’il y ’a aussi une équipe féminine qui participe à de compétitions nationales et remporte des prix. Quand à Ollivier GILLES de l’amicale Cycliste de Méré Montfort  et membre de l’association « Lilligomdé Koamba »,  il ne faut pas baisser les bras car les indicateurs sont  encourageants. « Nous sommes certains qu’avec plus de persévérance et plus de moyens, ces jeunes  pourront  prendre part au Tour du Faso les années à venir.

 

 A (4).JPG

 

En rappel, les cyclistes de renommée comme Seydou TALL et Rasmané Ouédraogo  sont issus de la petite reine de Ouahigouya.  Il faut noter que ce geste,  est le fruit d’une collecte et vente de matériels en république française, grâce aux efforts du président de Lilligomdé Koamba et ses amis  amateurs du vélo. Et c’est en  présence de l’équipe dirigeante du vélo club de la cité de Naaba Kango que la remise de l’enveloppe s’est faite à Ouahigouya.  

 

Faso-nord.info      

  

    


08/11/2017
2 Poster un commentaire

Développment économique et social de la femme: Les attentes des amazones du MPP dépuis Ouahigouya

Les 3 et 4 novembre 2017, les femmes du Mouvement du peuple pour le progrès(MPP)  se sont réunies à la salle  de spectacle, Mamadou Ouédraogo à Ouahigouya pour leur 2ème convention nationale sur le thème «  Femme politique et développement socio-économique.  La 4ème vice-présidente du dit parti et chargée de mission à la présidence du Faso, Rakièta Yaméogo   a été la marraine de cette édition.

 

A l’issue des travaux marqués par des communications sur « Le rôle des femmes leader dans l’éveil des consciences de la femme burkinabè » « La place de la femme politique dans la société traditionnelle et moderne « La contribution du programme national de développement économique et social (PNDES à la promotion socio économique de la femme du Burkina Faso » , les participantes à cette 2ème convention ont  formulé plusieurs recommandations . Mises en application, celles-ci devraient permettre  d’accélérer la pleine participation de la gent féminine   dans la quête du développement durable de notre cher Faso. 

f1.JPG

 

Ces recommandations portent sur l’application effective du quota genre pour une meilleure représentativité des femmes dans toutes les sphères de décisionnelles et de commandement du pays ; le financement des femmes candidates aux élections ; l’organisation d’une conférence annuelle des femmes du MPP dans chaque province du Burkina Faso ; l’alignement et le suivi des conditions d’octroi de crédits aux femmes pour leurs activités génératrices de revenus , la formation en entreprenariat des femmes et des jeunes diplômées ;  l’appui et le financement des meilleurs projets féminins chaque année ; la prise en compte et l’appui des entrepreneures femmes dans les appels d’offre ; des formations continues à l’endroit des femmes en politique et en leadership. Par ailleurs, elles ont pris une résolution afférente  à   la création d’un comité de suivi du PNDES en faveur des conditions de la femme.

 

Elise.JPG

 

Elles ont aussi  encouragé   leur bureau politique national  pour son engagement à faire de la femme politique, un levier de développement sans manquer de l’appeler  à  s’investir afin que cette volonté politique s’accompagne d’actions concrètes. Mais avant d’en arriver à la formulation  de ces recommandations et à la prise de cette résolution, la secrétaire nationale chargée des femmes, Mme Elise Ilboudou née Thombiano , et ses camarades ont présenté un tableau peu reluisant de leur représentativité dans les instances de prise de décision . Sur 34  postes ministériels, 7 sont occupés  par des femmes. A l’assemblée nationale on enregistre 15 femmes députées sur 127 élus. 10 femmes sont élues maire sur l’ensemble du territoire national. Et Mme Elise Ilboudo née Thombiano de signifier  que la loi sur le quota genre exigeant la prise en compte de 30% de femmes  dans les instances de décision n’a pas été  respectée  à l’occasion des dernières élections législatives et municipales. Les femmes du MPP n’entendent pas se voir reléguer au second plan.

 S2.JPG

 

« La prise en compte de la femme politique dans les instances de décision contribue en n’en pas douter à l’amélioration de la situation de la femme. Et partant de son rôle dans le développement socio-économique, il est temps que les partis politiques, les institutions et le pouvoir central, assurent aux femmes l’égalité d’accès et leur pleine participation à la gestion du pouvoir et aux prises de décisions » a laissé entendre la secrétaire nationale chargée des femmes du MPP.  Dans ce combat pour le respect  de leurs droits, les femmes du parti du soleil levant sont soutenues par la vice-présidente de l’international socialiste, présidente du forum mondial des femmes,  Mme Chantal Kambiwa. Des femmes du FPI de la Côte d’ivoire et du PNDS du Niger invitées à cette convention ont  témoigné  qu’elles vivent le même sort dans leurs pays et que le combat les concerne également.  Présent à la cérémonie de clôture, le vice-président par intérim du MPP, Simon Compaoré a déclaré que les lignes vont bouger en faveur de la gent féminine.

 simon.JPG

 

Il a annoncé une  rencontre des membres de l’instance qu’il dirige afin de se pencher sur les résultats des travaux de cette deuxième convention. Il s’est montré aussi favorable  pour manager   une rencontre entre  les premiers responsables du pays et les femmes. Le secrétaire exécutif national du MPP, Lassané Sawadogo  avait auparavant souligné  que les femmes devraient être l’épine dorsale de l’engagement du chef de l’Etat vis-à-vis du peuple Burkinabè. Les  engagements du gouvernement fait –t-il remarquer,  s’inscrivent dans la perspective de consolider et de renforcer le rôle de la femme. A l’ouverture comme à la clôture, les intervenants n’ont pas tari d’éloges à l’endroit de  feu  Salifou Diallo, président du parti   décédé  le 19 août 2017.

Faso-Nord.info  


06/11/2017
0 Poster un commentaire